HISTOIRE DE SCHARRACHBERGHEIM


Situé à 20 minutes de Strasbourg , au pied du Mont Scharrach, ce coquet Village Fleuri**, est une halte gastronomique, vinique et florale.

Le riche passé historique de cette Commune de 1100 habitants, fusionnée avec Irmstett, remonte aux Armagnacs et le château des Seigneurs de Scharrach, Chevaliers de Dettlingen, est le témoin de cette époque.

Bassin d’emploi et bassin de vie, la vitalité artisanale, industrielle et commerciale contribue au dynamisme de la Communauté de Commune du Vignoble.

Si la pieuse Irmina, fille du Roi Dagobert, appréciait déjà la quiétude de ces bois, nos visiteurs et touriste, saurant lors d’une halte estivale, apprécier les charmes d’un lieu où il fait bon vivre











Château de Scharrachbergheim.


Du château construit au Scharrach, on ne connaît aucun renseignement si ce n’est sa destruction au XVème siècle par les troupes de Strasbourg qui voulaient chasser les Armagnacs, soldats du futur roi de France Louis XI, qui avaient investi le château.

En 1460, à la mort de Jean de Scharrach, la descendance mâle de la famille de Scharrach s’éteint. Agnès de Scharrach, la fille, épouse un noble du pays de Württemberg, Meinlach de Dettlingen. Ce sont probablement les Dettlingen qui feront édifier ce nouveau manoir féodal au nord-est du village. C’est un château à douves ou “Wasserschloss”.
L’eau des fossés provient des sources proches. Les Seigneurs de Dettlingen qui introduiront la Réforme dans leur village en 1538, resteront les Seigneurs du lieu jusqu’à la Révolution.


Ils obtiendront régulièrement l’investiture du fief des Seigneurs de Ribeaupierre qui prétendent après la destruction du premier château, être les héritiers de ce fief. En 1789 le château devient bien national et sera vendu.

On trouve le nom des acquéreurs successifs jusqu’en 1871, date à laquelle, le peintre Louis Schutzenberger en deviendra le propriétaire. Il cède le bien à son beau-frère Charles Frédéric Méwès. Sa veuve le légua à son fils, l’architecte Charles Méwès, dont Mme Eliane Goormaghtigh, l’actuelle propriétaire, est la petite-fille.









Mme Eliane Goormaghtigh raconte : En 1940 le château est annexé par les Allemands et le mobilier vendu aux enchères. Il est alors utilisé pour recevoir les trésors du Musée du château des Rohan et du Musée Notre Dame de Strasbourg.

Quatre conservateurs logent au château, y restaurent des oeuvres d’art et les gardent précieusement. Après la guerre, la mère de Mme Goormaghtigh recherche le bien qui avait été injustement vendu.

Elle ne retrouvera, malgré la liste des objets vendus et de leur acquéreur, qu’une infime partie de son bien.




Mentions légales
*L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Sachez consommer et apprécier avec modération.